Bretagne du Morbihan au Pays Nantais - Site Poèmes & Diaporama de L'Arié...Joie

Bienvenue Chez Arié...Joie
Aller au contenu
Les News

MerciDe Laisser Un MessageDans MonLivre d'Or

Liste des Poèmes > Ballades Poétiques
Bretagne, du Morbihan au Pays Nantais

Selon la légende les fées chassées de Brocéliande inondèrent de larmes la « petite mer »,
Creusant avec passion ce paradis d’amour où les îles flottèrent sur les fleurs de leurs corolles,
Les menhirs se levèrent d’un bloc pour leur faire une haie d’honneur dans la lande légendaire,
Ainsi naquit sur cette côte des Mégalithes, au bord du littoral armoricain, le Mor-Bihan cher à Éole.

Océane et Celtique, port militaire et de plaisance, Lorient est tourné vers le large des voiliers,
La Tour de la Découverte veille sur les quais des Indes datant de Colbert avec ses hôtels particuliers,
La colossale base sous-marine construite par les Allemands accueille les multicoques géants
Tous les mois d’août depuis 1970 la ville se transforme en capitale de la culture celtique d’antan.

Tout proche datant de Richelieu et protégeant la rade de Lorient, la citadelle de Port-Louis,
L’ancien village Blavet accueillera la Compagnie des Indes et deviendra le port des Louis,
Son musée évoque l’épopée des anciens comptoirs Chandernagor et Pondichéry,
En présentant de superbes maquettes ouvertes des navires d’époque où l’on imagine la vie.

En amont de Lorient, le pont moyenâgeux St Jean, domine le cours sinueux du Scorff,
Jusqu’au 19 è s. boulangerie et blanchisserie sont les deux mamelles de Pont-Scorff,
La rivière aux eaux cristalline lave plus blanc et donne une saveur excellente au pain de seigle,
Le festival du saumon rend hommage à ce poisson sauvage se reproduisant dans la rivière espiègle.

Cette vallée du Scorff, terre de sortilège aux nombreux lieux secrets, combien elle en recèle,
Dans le fief du mythique roi Morvan, c’est Sainte Barbe qui rassemble encore de nombreux fidèles,
Alors que Marie Tromel, la Robin des Bois au féminin, alimente toujours les récits de la femme-brigand,
Lors des soirées de fête, entre galette de sarrasin à l’andouille de Guémené et la crêpe de froment.

Dominant la vallée du Blavet, le hameau de Poul Fétan retrace la vie quotidienne à la ferme des marais,
Ici le temps s’est arrêté aux siècles derniers dans ce « lavoir de la fontaine » au charme breton,
Où les longères de granit aux toits de chaume revivent la vie paysanne des traditions,
En compagnie des vaches pie-noires, des poules coucou, des porcs blancs et des chevaux de trait.


Choisi au Moyen-Âge par l’ermite Saint Ivy comme lieu de méditation dans la vallée du Blavet,
L’ancienne cité féodale des Rohan deviendra Napoléonville, doublée d’une ville nouvelle en quartiers,
Au pied de son imposant château du 15 è s., les ruelles étroites rappellent l’époque ducale de la cité,
Pontivy, ses maisons à pans de bois et vieilles demeures de pierre autour de la place du Martray.

Aux frontières des Côtes d’Armor et du Morbihan, une vallée engloutie, un paysage lunaire fascinant,
Que de légendes englouties en Guerlédan dans le lac artificiel en forme de dragon vidangé récemment,
Conomor, le Barbe bleu breton y a régné au 6 è s. tuant ses épouses après leur accouchement,
Puis un contremaître, saigné et dépecé en 1900, alimenta la chronique de la forêt de Quénécan.

Bâtie sur le côteau au-dessus du Loch, une des plus belles rias de Bretagne enserre Auray,
Berceau de la chouannerie bretonne à la Révolution, son chef Georges Cadoudal y possède son mausolée,
Presque intact malgré l’outrage du temps, ouvrant ses portes sur la ville haute c’est le port de St Goustan,
Tourné aujourd’hui vers la plaisance il est une escale du circuit touristique du Golfe du Morbihan.

Belle station balnéaire abritée dans la baie de Quiberon, Carnac aligne près de trois mille menhirs,
Ces alignements mégalithiques de pierre levées datent du 4è millénaire avant notre ère,
Le géant du Manio du haut de ses 6 mètres côtoient les dolmens et les cromlechs circulaires,
Ici, on raconte la mésaventure des soldats romains pétrifiés en menhirs  selon la légende de saint-Cornély.

Sur la côte au vent où les déferlantes de la houle atlantique drossent leur écume contre les falaises,
Claude Monnet restera fasciné devant les aiguilles de Port Coton, sur Belle-Île un jour de tempête balaise,
Là où la côte s’ensauvage par le granit schisteux où la violence des vagues s’exprime sans retenue,
Sauzon alignant ses maisons aux façades de couleurs vives, abritées des coups de chien de l’océan fourbu.

Au fond du Golfe du Morbihan, l’ancienne patrie des Vénètes a conservé ses remparts millénaires,
Vannes, à travers ses ruelles a su garder vivants les vestiges de sa riche histoire à la grande âme,
Les figures sculptées sur les maisons à pans de bois vous ferons connaître « Vannes et sa femme »,
Au pied des imposantes tours, en longeant la Marle, les jardins forment de magnifiques parterres.

Pour lier connaissance avec « la petite mer », au gré des courants de marée partez en sinago,
Bateau traditionnel aux coques ouvertes à cul pointu gréées de deux voiles variant du brun à l’orange,
Profitant au mieux des courants l’embarcation est emportée comme sur du verglas à l’anse de Port-Navalo,
Les forbans des pêcheurs de Bono, dotés d’un plus fort tirant d’eau, affrontaient les flots loin des anges.

Verte et dorée, végétation luxuriante, chaumières de la blancheur des voiles, l’Île aux Moines
La perle du Golfe et son bourg pimpant se dressent sur la mer comme un navire pavoisé
Sa grande époque remonte au 18 è s. quand les armateurs et marchands y font bâtir un beau patrimoine,
Refuge d’oiseaux elle abrite hérons, aigrettes, busards, cormorans et oies bernaches pour la couvée.

Étape capitale sur la route des Ducs de Bretagne, Josselin, ceint de remparts, s’accroche à la colline,
Sur le roc dominant la vallée de l’Oust l’imposante forteresse des Rohan campe depuis 1370, maline,
Prospère grâce à ses fabriques de draps, ses tanneries et ses foires, la cité médiévale de Jean Trois,
Charme le promeneur par sa basilique Notre Dame du Roncier et ses maisons à pans de bois.

Juchée sur son promontoire rocheux dominant la Vilaine, La Roche-Bernard marque la sortie de Bretagne,
Son pont suspendu à deux voies traversant la Vilaine sera complété par le pont du Morbihan fait d’une seule arche,             
Jusqu’à la construction du barrage d’Arzal en 1970, la ville possédait son port de marchandise à la campagne,       
Louis XIII y fit construire un des plus beaux bâtiments de guerre, La Couronne, ancêtre de La Royale patriarche.

Entre terre et mer, les marais salants du pays de Guérande offrent un paysage insolite et enjôleur,
De vasières en étiers, les paludiers, magiciens du sel, façonnent les salines où ils cueillent la fleur,
Au temps des Ducs de Bretagne, la ville est dotée de puissants remparts, haut les cœurs,
En plein centre de la cité, le haut clocher de la collégiale St Aubin sert de repère aux voyageurs.

A la croisée des voies terrestres, fluviales et maritimes, ville de Loire, nous voici à Nantes,
Durant des siècles, la cité des ducs sera capitale de la Bretagne où règnera Anne, la bienpensante,
La signature de l’Édit par Henri IV y fera coexister les religions protestantes et catholiques,
Tirées du monde imaginaire de Jules Verne, naîtront sur l’île Feydeau de folles machines métalliques.

Fin de la balade bretonne à la pointe de l’Ève pour un superbe panorama sur l’estuaire captivant,
Mains sur les hanches, la statue de Mr Hulot, célébrité du film de Jacques Tati, veille sur les estivants,
Mais sur les docks de St Nazaire c’est l’histoire des grands paquebots qui en fait la fierté mythique,
La construction navale y fait naître depuis plus de 150 ans les géants des mers pour des rêves exotiques.

                                                                                   L’ARIÉ….JOIE   

 

Retourner au contenu