Des Semailles au Pain - Site Poèmes & Diaporama de L'Arié...Joie

Bienvenue Chez Arié...Joie

Aller au contenu
Les News

MerciDe Laisser Un MessageDans MonLivre d'Or

Liste des Poèmes > Découvertes
 Des Semailles au Pain
En l’honneur de René de Recoulettes
 
En ce temps là René, la « brabanette » occupait tes journées,
Les bœufs tiraient droit dans le champ au fumier éparpillé,
Au milieu des tires vers le bas, tires vers le haut,
Du papa rabrouant son fiston faisant son numéro.
 
La pièce bien labourée alignait ses sillons,
Il était temps de s’asseoir avec papa sur « l’amoutassier ».
En avant, tout en tortillant pour aplanir les layons,
Et l’auguste semeur pouvait lancer son avoine et son blé.
 
L’été venu, la faux bien affûtée s’équipa de sa badine,
Dansant à travers les épis et les chardons,
Papa coupait, Maman et moi faisions les javelles de moisson,
Avec de la paille torsadée, les gerbes liées s’empilaient en lignes.
 
Les tas de croix décoraient le chaume bien nettoyé,
La meule était dressée devant la montée de la grange,
Toussante et vombrissante s’installait la batteuse étrange,
Face au gerbier, la fête du battage était lancée.
 
Le coq avait fini dans la cocotte bien arrosé,
Le saucisson sorti du grenier et le jambon bien entamé,
Une bonne « truffade » et un pain perdu,
Sans oublier un gros « poutou » à la barrique bienvenu.
 
Une fois les sacs de grains sur le tombereau,
Direction St Urcize pour un bonjour au moulin,
Il était dit que le meunier « mouldarabo »,
Avant de rendre les sacs de son et de farine d’entrain.
 
A la maison Maman sortait le levain de la « toupino »,
Elle soulevait et pétrissait puissamment la pâte dans la « maie »,
Tout ça fleurait bon le pain bien levé,
Prêt à prendre sa place dans le « paillassou » bien au chaud .
 
Genêts et noisetiers attisaient le feu dans le four,
D’où l’épaisse fumée enrubannait nos têtes sans détours,
Un nuage roussi de farine annonçait l’enfournement,
Un festival de parfums embaumait la sortie du pain d’antan.
 
Au retour de l’école un « pastisson » de fougasse nous attendait,
Un peu de pâte mélangée à l’œuf et un soupçon de fleur d’oranger,
Quelle friandise ! à s’en brûler la langue pour l’amour de dieu,
Merci les parents de m’avoir fait connaître ces temps merveilleux.
 
amoutassier : Herse lourde et rigide à structure de bois
un poutou :     Baisse sérieuse de niveau du tonneau
mouldura :      Action non consentie de prélever de la farine
toupino :         Pot à anses en grés émaillé
palliassou :     Corbeille vannée en paille torsadée

                                                         L’ARIÉ….JOIE   

 

Retourner au contenu