Hymne à Marcillac Vallon - Site Poèmes & Diaporama de L'Arié...Joie

Bienvenue Chez Arié...Joie

Aller au contenu
Les News

MerciDe Laisser Un MessageDans MonLivre d'Or

Liste des Poèmes > Découvertes
Hymne à Marcillac

Du côté de Salles la Source c’est l’eau que l’on vénère en chauvins,
Mais à Marcillac-Vallon le miracle séculaire a transformé l’eau en vin,
Dans les travers du coteau ensoleillé où coule l’Ady au fond de la verte vallée,
Toi Mansois, toi Fer Servadou, St Bourrou au Panthéon des vins t’a élevé.

L’hiver enfin fini, au printemps la treille sort du sommeil,
Malgré le froid, le vent, la tempête et la pluie,
Le vigneron  courtise et bichonne chaque cep endormi,
Au soleil du matin, des larmes au bout des branches s’émerveillent.

De ci de là les maisonnettes des vignes, à l’ombre d’un figuier
Abritaient les outils et la sieste du vigneron après les fortes suées,
Soutane rouge et chapeau noir, « l’eschanson » chante le vin des gastronomes,
Avec son « tassou » pour le goûter et communier au travail des hommes.

Déguster un vin fait surgir des sensations,
Que perçoit-on quand on le fait rouler sous la langue,
On fait appel à sa quête d’identité, on le harangue,
A Marcillac délectez-vous à la rencontre des vignerons.

C’est au Cardinal à la crème de cassis que l’on vous accueille à la table des Rouergois,
Ou bien au Ratafia tiré du mout de raisin mélangé à l’eau de vie en éveil,
Un apéritif à la séduisante couleur ambré et au parfum subtil en joie,
Mais c’est le vin de noix qui accompagnera le gâteau du pays : le fameux Soleil.

                                                        L’ARIÉ….JOIE   

 

Retourner au contenu