La Bûche ou Tison de Noël - Site Poèmes & Diaporama de L'Arié...Joie

Bienvenue Chez Arié...Joie
Aller au contenu
Les News

MerciDe Laisser Un MessageDans MonLivre d'Or

Comment Jugez-vous le Contenu du Site ?
A) Très Satisfaisant
B) Satisfaisant
C) Insatisfaisant
D) Très Insatisfaisant
E) Sans Avis
La Bûche ou Tison de Noël
La Turro dé Nadal



Choisie depuis quelque temps, la bûche devait être grosse pour le foyer
Tout en brûlant chaque jour elle devait durer jusqu’au 1er janvier
Pourvue de cavités, on y cachait des surprises pour les enfants
C’était l’arbre de Noël des maisons pauvres d’antan.

Avant de l’allumer, on la recouvrait d'un tissu paysan
L’aïeul la frappait d’un coup de baguette en disant :
« Dégorjo ! » Aussitôt les enfants cherchaient leurs surprises,
Lorsqu’ils les avaient trouvées, la bûche partait en flammes exquises.

A ce moment, le chef de famille allumait un cierge
Et le plaçait sur la tête du fils aîné en parlant vers la vierge :
« T’alhuqui le cièrge sul cap. Que siosques le lum de l’oustal,
è que Dius te benazisco e te fasques creiche!»
Je t’allume le cierge sur la tête. Que tu sois la lumière de la maison
et que Dieu te bénisse et te fasse grandir.

Une fois la bûche consumée, ses cendres étaient soigneusement mises de côté,
On les mélangeait, plus tard, au blé de semence, ce qui de la carie le préservait
Ailleurs on recueillait les fragments carbonisés pour les enterrer dans les étables,
Le bétail était mis à l'abri des sortilèges, des maladies et des accidents effroyables.

                                                                               Guy l’ARIÉ…..JOIE




                                

Retourner au contenu