Corsica - lîle de Beauté - Site Poèmes & Diaporama de L'Arié...Joie

Bienvenue Chez Arié...Joie
Aller au contenu
Les News

MerciDe Laisser Un MessageDans MonLivre d'Or

Comment Jugez-vous le Contenu du Site ?
A) Très Satisfaisant
B) Satisfaisant
C) Insatisfaisant
D) Très Insatisfaisant
E) Sans Avis
CORSICA : l’Île de Beauté
 
Loin des clichés marqués au sceau de la vengeance et de l’honneur des vendettas,
C’est dans les échancrures de rêve des golfes que je vous invite au farnienté,
Tout en cheminant sur le GR 20 pour s’élever vers les sommets aux pics acérés,
Kallisté, par cette haute route, vous ouvre hameaux et villages de l’Alta Roca.
 
Le « pinzuttu » va vous conduire de lacs en forêts et de caps en criques,
Sur des routes tournicotantes, ou des sentiers muletiers à travers le maquis touffu,
De ports de pêche en villages perchés ou sur des balcons vertigineux suspendus,
En route pour une nature prodigieuse tout au long de son arête dorsale granitique.
 
Ô Corse île d’amour, chantait Tino Rossi, hymne repris en quatrains par l’ARIÉ…JOIE,
Du Cap Corse balayé par les vents, aux îles Lavezzi ayant créé l’émoi,
De Bastia la baroque nordiste à Ajaccio la sudiste Bonapartiste,
C’est du côté de Corte que les Corses honorent Hyacinthe et Pascal les Paolistes.
 
Nous arpenterons les rues d’Ajaccio l’impériale dans les pas de Napoléon,
Dans son berceau corse la famille Bonaparte s’installa dès le 16è s en son sein,
Le jeune « Napoléone » sera baptisé le 21/7/1771 en la cathédrale N.D. de l’Assomption,
Et non loin de la grotte de son enfance, un monument rappelle ses batailles sans fin.
 
Veillant sur le golfe d’Ajaccio, le phare des Sanguinaires inspira Alphonse Daudet,
« Figurez-vous une île rougeâtre à l’aspect farouche et à une pointe, son phare,  
A l’autre une vieille tour génoise et en bas, au bord de l’eau, en ruine, un lazaret,
Puis des ravins, des maquis et tout en haut dans un tourbillon d’oiseaux, la maison du phare. »
 
C’est dans le joyau rouge du golfe de Porto que se nichent les trésors de l’île de beauté,
Les orgues de rhyolite horizontales, ocres, aux balbuzard pêcheur et faucon pèlerin servent d’hôtes,
Dans la réserve de Scandola c’est un incendie de rouge qui embrase le relief tourmenté,
Par des falaises vertigineuses et déchiquetées plongeant dans la mer parsemée de grottes.
 
Classés au Patrimoine mondial de l’Humanité, le Golfe de Girolata et les Calanches de Piana,
C’est par un fortin génois ocre que l’emplacement de Girolata est signalé aux marins et skippers,
Mais c’est dans les paysages fantasmagoriques et enchanteurs des calanches de Piana,
Que les pics et les clochetons des surprenants rochers attisent l’imagination des randonneurs.
 
Hérissée au sommet d’une presqu’île du sud de la corse, Bonifacio prend le large à tire d’ailes,
Au cœur de la vieille ville les maisons hautes et étroites surplombent les pittoresques ruelles,
La ville haute, charmante et vertigineuse abrite la citadelle campée sur sa falaise de calcaire,
En bas, l’élégant port accueille les splendides voiliers et yachts luxueux des milliardaires.
 
Cheveux au vent, après le « grain de sable », cap sur les îles Lavezzi au lourd passif,
Un décor idyllique de criques, de plages aux eaux cristallines et de rochers des abîmes,
Ici le naufrage du trois mâts à coque de bois de La Sémillante, en 1855, sur les récifs,
A imprégné ce lieu où deux cimetières et une pyramide en granit honorent les 702 victimes.
 
À travers la Alta Roca, une forêt ensorcelante aux rochers moussus et vieillots,
Abrite les anciens habitats de l’enceinte mégalithique de Cucuruzzu et sa torra,
Du côté de Zonza, les villages en pierres serrées s’abritent, sous les aiguilles de Bavella,
Immenses pics et remparts rocheux où serpente le GR 20 à travers les pins laricio.
 
Soudain le décor se fait lunaire entre l’herbe rase et les genêts rampants sur le haut plateau,
Mais au milieu d’une oasis de verdure apparaissent les pozzines, ces pelouses gorgées d’eau,
Où broutent paisiblement les chevaux sauvages, petits, trapus et rustiques à la robe brune,
Face aux seigneurs des rochers à la tête ornée de cornes recourbées en volutes, sans peur aucune.
 
Ici, dans un cortège de produits du terroir corse, très prisés des gastronomes,
Les stars de la charcuterie coppa, figatellu, lonzu et saucissons montent sur le podium,
Mais le brocciu obtenu par fermentation du petit lait de brebis est un incontournable,
Accompagnant les saucisses de foie mi-sèches et fumées et le gâteau à la châtaigne, inoubliable.
 
Vu de la citadelle, Bastia ouvre son patrimoine aux allures baroque italien enlumineur,
Dans l’ancienne Bastiglia génoise la place du donjon abrite l’ancien Palais des Gouverneurs,
Sur le côteau, le jardin Romieu offre une vue imprenable sur le vieux port de soleil baigné,
Que l’on rejoint par l’élégant escalier en fer forgé encadré d’immeubles aux façades colorées.
 
Dans la région du Nebbiu le village de Murato abrite San Michele en cathédrale,
Au calcaire blanc et vert issu de la serpentine, dans un ensemble roman remarquable,
Oletta construit en amphithéâtre sur son promontoire regarde au loin le Monte Cinto en saillie,
Quand nichée dans son golfe, la bastille à fleur d’eau de St Florent garde ses galions enfouis.
 
Si du côté d’Aléria, résonne encore depuis 1975 le souvenir de la rébellion viticole inattendue,
C’est dans la « Conca d’Oro » que le muscat de Patrimonio a obtenu son estampille,
Mais c’est proche du Cap Corse que le vermentino passerillé sur lauzes donne l’impassitu,
Un muscat aux arômes de fruits confits et d’agrumes, un nectar liquoreux ravivant les papilles.
 
Fin du tour de Kallisté par la cité où serait né Christophe Colomb au pays des castagnes,
Surveillée par son imposante Tour de sel servant de poste de gué et d’entrepôt
Calvi et sa citadelle génoise se baignent dans la grande bleue, au fond du jardin de la Balagne,
Pace i Salute depuis l’Île de beauté, « Terra Nostra » pour les Corses patrimoniaux.

                                                                                  L’ARIÉ….JOIE   

 

Retourner au contenu